Maxx Tosi, Verrier d'Art -

PROCEDURE DE LA FABRICATION D’UN VASE
 
La technique de base consiste à cueillir le verre en fusion à l’extrémité d’une canne creuse dans laquelle on souffle afin de donner à l’objet la forme désirée. Le travail du verrier à la main se décompose en plusieurs étapes.



Première étape :

Cette étape primordiale consiste en la préparation du matériel : mise à chauffer des cannes afin que celle-ci permettent une adhérence parfaite au verre, pour le maintient de la pièce tout au long de la procédure.





Seconde étape :
Le cueillage : A l’extrémité d’une canne d’acier réfractaire creuse mesurant environ 1.20m, le cueilleur prélève dans le four une boule de verre en fusion : la paraison. Cette boule est plus ou moins grosse selon la dimension du modèle.







Troisième étape :
La boule doit être marbrée c'est-à-dire que l’on répartit son épaisseur de façon uniforme et l’on positionne le verre dans l’axe de la canne.







Quatrième étape :
Le soufflage : le verrier souffle dans la canne pour gonfler la paraison.
La masse de verre prend forme, c’est l’ébauche.







Cinquième étape :
Seconde prise de verre sur lequel on applique de la poudre de verre, ici de couleur rouge (colorée grâce à des oxydes métalliques).





On chauffe l’ensemble dans le « glorie » pour l’amalgamer.






Sixième étape :
Il faut ensuite maillocher la paraison c'est-à-dire faire rouler dans une forme creuse en bois humidifié, afin de répartir son épaisseur.







Septième étape :
Une nouvelle prise de verre est alors effectuée pour « emprisonner » la couleur.
Ainsi le volume de la pièce augmente.

   

Entre chacune de ces étapes, notamment à la prise de verre dans le four, on procède au refroidissement de la canne.





Huitième étape : 
On associe a nouveau à la boule de verre des couleurs et des feuilles d’or. On marbre et on souffle.

  

A l’aide de pincette on créé un décor qui sera unique pour chaque pièce.









Les feuilles d’or sont irisées et fixées à l’aide de chlorure d’étain.





On effectue une autre prise de verre pour « emprisonner le décor ».





On commence le tranchage, opération indispensable ultérieurement pour séparer la pièce de verre de la canne. (A l’aide d’une paire de "fers" on délimite la zone de séparation entre la canne et la pièce de verre)





Neuvième étape :
On travail la pièce pour la rendre uniforme, par maillochage.

  



On prend une dernière fois du verre que l’on mailloche pour pouvoir commencé a lui donné la forme du projet, en l’occurrence un vase.











Dixième étape :
On met au pontil : c'est-à-dire que l’on va prendre la pièce par l’autre extrémité à l’aide d’une barre d’acier à la même température que l’œuvre. Nous avions préalablement tranché la préparation, afin de séparer la pièce de la canne et de la fixer sur le pontil (au bout duquel se trouve du verre cueilli par l’aide verrier). La séparation se fait par choc thermique en insérant de l’eau au niveau de la tranche.











Onzième étape :
On chauffe a nouveau la pièce pour pouvoir la travailler et lui donner sa forme définitive (un vase).

 

 



Douzième étape :
Une fois la mise en forme terminée, on attrape le vase (à l’aide de pinces préalablement chauffées pour éviter les chocs thermiques) que l’on dispose dans une arche de re-cuisson à environ 520°C dans laquelle la pièce va descendre progressivement à température ambiante pour éviter les tensions.





Après 24h d’attente, on peut enfin sortir la pièce du four et observer le travail.




MENU





Verrerie MAXX TOSI
1 chemin des Potiers
06220 VALLAURIS - FRANCE

Tél. : 06 12 70 68 05
Nous contacter
Plan d'accès